Perdre du poids en urgence avant les fêtes : la fausse bonne idée




A quelques semaines des fêtes, je suis chaque année sous le coup d’une déferlante de demandes de perte de poids rapide (pour rentrer dans la robe à sequin) avec comme date butoir, grosso modo le 24 décembre 20h (à quelques minutes près).

Et tous les ans j’essaye tant bien que mal de dissuader mes patients, que non, se mettre au régime sans sucre ni gras à 3 semaines de la dinde farcie/foie gras/bûche de noël n’est vraiment pas le choix le plus judicieux.

Je me heurte malheureusement souvent à l’incompréhension, car la personne qui souhaite perdre du poids rapidement a toujours ses raisons que la raison ignore.

Alors pourquoi je le déconseille ?

Tout simplement parce que notre organisme, comme je ne cesse de le répéter, est particulièrement intelligent, et de la même façon qu’il sait nous envoyer les bons signaux (faim, satiété, envies particulières) pour qu’on lui fournisse la bonne dose de carburant dont il a besoin, il sait aussi adapter ses dépenses aux restrictions qu’on lui inflige trop brutalement ou trop longtemps.
Ainsi, coupez-lui les vivres pendant plusieurs jours : certes, il va devoir piocher dans ses réserves et vous perdrez du poids, mais parallèlement au bout de quelques jours/semaines, il adaptera progressivement ses dépenses à ce que vous lui fournissez en termes de calories (à savoir trop peu).

Concrètement, une femme qui brûle en moyenne 2000 calories par jour, qui se met au régime-rapide-spécial-robe-de-la-saint-sylvestre (à 1200 calories par jour), au bout de 3 semaines ne brulera spontanément plus que 1400 (dans le meilleur des cas), juste à point pour entamer le repas de Noël et ses 2000 calories de sucre/gras. 

Inutile d’avoir fait maths sup' pour comprendre que l’organisme affamé va se jeter sur ce repas gargantuesque et en stocker une grande partie. Sans compter qu'entre le Noël chez soi, celui chez les beaux-parents, celui entre copains et celui du bureau … et rebelote pour le 31 : on frôle la semaine entière de repas riches et arrosés, qui auraient été bien moins lourds de conséquence sans régime pré-fêtes.

Alors perdre 3 kilos entre le 1er et le 24 décembre (principe du calendrier de l'avent inversé) pour en reprendre 4 entre noël et le 31, puis se remettre au régime dès le 1er, avec les bonnes résolutions de la nouvelle année, est-ce bien sérieux ? 
N’oubliez pas que tant va le régime yoyo qu’à la fin il se brise !





2 commentaires

  1. J'ai décidé de ne pas maigrir avant les fêtes mais de manger plutôt intelligemment pendant les fêtes : savoureux, parfumé et léger !
    Je n'en peux plus de ces repas à rallonge où l'on mange trop !
    On a une mine plutôt défaite pour reprendre le travail en janvier.
    Bonne soirée, chère Lise et gros bisous !
    PS : j'aime beaucoup le ton plein d'humour de ce billet !

    RépondreSupprimer
  2. Merci Carole pour ton gentil message!
    Une fois de plus tu as tout compris au principe ;)
    Après, tu as la chance de pouvoir gérer tes repas de fêtes comme tu l'entends, ça permet de limiter "les dégats". De mon côté, mon mari et moi issus de familles multi-récomposées on a au bas mot 5 repas de Noël à droite à gauche, et tous plutôt du style bien traditionnel ...
    Tous les ans mon foie pleure début janvier ;)

    Des gros bisous à toi!

    RépondreSupprimer