Année du singe et Curry Thaï (avec recette inside)


Ce weekend (vous noterez que je n’ai pas mis le trait d’union, je suis très docile de la réforme) (non je n’ouvre pas de débat, malheureuse !) c’était le nouvel an chinois. Quelle meilleure occasion pour vous parler de mon curry thaï, dont je vous avais d'ailleurs promis la recette ici ? Aucune.

Je ne vous ai jamais caché que j’étais une grande amatrice de gastronomie asiatique (thaï et vietnamienne en particulier), qui a le mérite de concilier finesse, saveur et équilibre (si tant est que l'on fasse les bons choix bien entendu).  

Salades de bœuf pimenté, rouleaux de printemps et bobun sont mes basiques printemps/été, et le curry vert (bien épicé) est mon grand chouchou pour réchauffer et colorer les soirées hivernales un peu grises.
Typiquement ces jours-ci donc !

C’est parti pour la « recette » (je mets des guillemets parce que je ne suis pas une pointue de la recette et que je crois bien ne l’avoir jamais faite deux fois à l'identique), et on se retrouve plus bas pour le couplet diététique :

Ingrédients pour une cocotte pour 6 personnes (grosso modo):

1 kg de filets de poulet
2 oignons
1 pomme
1 courgette
Des mini épis de maïs
Une petite boite de tomates concassées
De la pâte de curry vert (que je trouve en supermarché asiatique)
2 petites briques de crème de coco (allégée si possible)
Du gingembre
Deux cuillères à soupe d’huile d’arachide
De la coriandre fraîche à gogo (personnellement je l’aime tellement que mon assiette ressemble davantage à de la coriandre au curry)

La recette 

Dans un premier temps, je fais mariner (de 1 heure à 1 nuit en fonction de mon degré de prévoyance) mon poulet (que j’ai préalablement coupé en petits morceaux) dans 2 grosses cuillères à soupe de pâte de curry vert mélangé au gingembre râpé.
Je fais revenir dans l’huile les oignons émincés, la pomme en quartiers fins, et la courgette en tout petits dés. Puis j’ajoute les morceaux de poulet mariné que je laisse dorer 10 minutes.
Puis j’ajoute la crème de coco light et la petite boite de tomate, je baisse le feu et laisse mijoter à feu couvert (longtemps) (Vous noterez la précision de ma recette).


Je surveille que ça n’accroche pas, je goûte et rectifie : en ajoutant de la sauce soja si ça manque de sel, ou du yaourt velouté si j’ai trop dosé en curry (la pâte de curry est une traître et selon les marques peut être extrêmement épicée, j'en fais souvent les frais).

A mi-cuisson je rajoute mes mini épis de maïs (j’aime bien qu’ils restent légèrement croquants).
Quand j’estime que le plat a suffisamment cuit : la courgette, les oignons et la pomme ont fondus et ajoutent de l’onctuosité à la sauce (en plus du goût).

Pour l’accompagner, je fais du riz sauvage : parce qu’il est riche en fibres, vitamines et minéraux, qu’il a un index glycémique beaucoup plus bas que le riz thaï (les pics de glycémie et d'insuline ne passeront pas par moi) mais surtout parce que j’adore ça (on n’oublie pas mon mantra numéro 1 : le PLAISIR).

Enfin, cerise sur le gâteau, la belle poignée de coriandre fraîche sans laquelle le curry ne serait que l’ombre de lui-même (in my opinion).

Et la diététique alors ??

Du poulet, des légumes, des épices … jusque-là tout va bien.
Le curry que je vous propose trouve donc l’essentiel de ses calories dans la crème de coco, d’où l’intérêt de la choisir light.
Celle que j’achète est de la marque Ayam (merci monoprix) et titre presque moitié moins de matière grasse que son homologue entière : à savoir 13 % de matière grasse à la place de 28 %.
Si l’on réduit à la quantité par personne, ça donne environ 10 g de matière grasse la (belle) assiette de curry ce qui reste très correct pour un plat en sauce. 

Si on veut encore réduire les calories, tout en gardant le goût de la crème de coco : on fait moitié crème de coco, moitié yaourt velouté (et on gagne 5 g de lipides).


On ajuste la quantité de riz en fonction de son profil et donc de ses besoins : une femme moyennement active se contentera de 150 à 200 g de riz quand son ado ou mari pourra aisément se resservir 2 fois (oui je sais, le monde de la diététique est pavé d’injustices !).

Je vous suggère une mangue en dessert, qui viendra agréablement ponctuer ce repas diététicorrectement (y a pas de raison, moi aussi je vais réformer la langue française tiens).

Bon appétit à tous :)

PS : pour les photos : la photo de l'assiette a été prise un jour où je n'avais pas de riz sauvage (soyez indulgents!)
Et j'ai commencé à prendre des photos de la préparation mais je me suis arrêtée à mi-parcours (légèrement débordée) (c'est là qu'on voit qu'on ne s'improvise pas blogueuse culinaire) 


20 commentaires

  1. Lise, tu me fais saliver avec ta recette.
    Un curry thaï, c'est parfait. Je trouve qu'on peut y mettre tous les légumes que l'on souhaite car la sauce les rend délicieux.
    Bonne soirée, bises,Carole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Carole!
      Quand je fais ce genre de billet, je mesure l'ampleur de ce que tu fais quasi-quotidiennement et ... chapeau ! :)

      La bise et bonne journée !

      Supprimer
  2. Moi je suis là reine du curry vert... Surtout de légumes: patates douces, courgettes, carottes, pois chiches...

    Et mille fois oui pour la coriandre !

    RépondreSupprimer
  3. Moi je suis là reine du curry vert... Surtout de légumes: patates douces, courgettes, carottes, pois chiches...

    Et mille fois oui pour la coriandre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que c'est Sympa le curry de légumes aussi, je n'y pense pas assez ! (le patate douce ça doit être par-fait)

      Des bisous Armelle :)

      Supprimer
  4. Curry thaï, j'adore... Jamais vu de lait de coco light, par contre ! L'usage de la pomme m'interpelle, faut que j'essaye (mais le riz sauvage, ça sera sans moi, j'aime pô - avec la cuisine thaï j'adore le riz gluant). Et pareil pour la coriandre, j'adore et j'en mets toujours des tonnes (heureusement tout le monde chez moi aime, sais-tu qu'il y a des gens qui n'aiment pas la coriandre pour des raisons génétiques ? c'est le genre de truc qui me fascine)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la pomme amène à la fois du liant (avec la pectine) et un petit côté aigre doux sympa, à tester ;)
      Quant à la coriandre, j'adore la théorie de la génétique et j'y crois volontiers : je connais 2 personnes qui détestent ça (alors qu'elles adorent la cuisine asiatique et ne sont à priori pas "difficiles"), j'ai toujours trouvé ça mystérieux, la prochaine fois je leur demande de faire une enquête familiale pour en avoir le coeur net ;)

      (pour le riz gluant, évidement si je suis au restaurant c'est aussi ce que je choisis sans hésiter, mais je ne maîtrise personnellement pas la recette assez bien pour le faire chez moi!)

      La bise Nathalie! :)

      Supprimer
  5. Fastoche le riz gluant !
    1) Acheter du riz gluant (c'est un riz spécial, contrairement à ce que plein de gens croient)
    2) Compter le double du poids de riz cru que d'hab'
    3) Faire tremper le riz au moins 4 heures dans plein d'eau
    4) Egoutter, mettre dans une toile à beurre dans un panier vapeur, et cuire au couscoussier pendant 20 minutes

    Pour le côté génétique de l'aversion à la coriandre, apparemment les gens touché lui trouvent un goût de savon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et si on a pas de couscoussier ?? (le panier vapeur en osier ça marche?)
      En tous cas merci, j'essaierais!

      Moi c'est au gingembre que je trouve un goût de savon, très prononcé ! (mais ça ne m'empêche pas d'aimer)

      Supprimer
  6. Recette faite hier en version végétarienne sans viande et mon amoureux était aux anges (et moi aussi d'ailleurs), merci grandement pour cette recette gourmande!

    RépondreSupprimer
  7. Oui, ça doit marcher, mais il en faut un grand !

    RépondreSupprimer
  8. Mais ton blog mange mes coms' ! Je ne sais plus ce que je disais : soit que ça faisait bien longtemps et que je le mettais sur la to-cook-list, soit que c'était sympa de râper la pomme aussi, soit je sais plus... je pense qu'à l'approche de l'heure du goûter, l'hypoglycémie me frappe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est étrange Mélisse, je le nourris pourtant régulièrement pour qu'il n'ai pas de fringales de coms' ... il a du être aussi frappé d'hypoglycémie à l'approche du goûter #sorryhumourpourri :)

      Pour la pomme : râpée ça doit le faire aussi, mais je suis un peu flemmarde et de toutes façons, en fin de cuisson la pomme est disparue dans la sauce

      Supprimer
  9. Ah et sinon s'agissant de l'aversion génétique pour la coriande : bah mon beaup déteste et ses fils l'adorent. et non, ses fils sont son portrait craché pas besoin de test ADN...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça a peut-être sauté une génération ...?

      Supprimer
  10. Bonsoir Lise
    j'ai testé cette recette pour la 1e fois ce soir.
    Mon mari et moi ne connaissions pas du tout le curry thai et avons beaucoup aimé.
    Il y au moins une de vos lectrices qui aura appris quelque chose grâce à vous ��.
    Si vous cherchez toujours des idées d'articles pour le blog,j'ai deux sujets à vous soumettre :
    1) auriez vous des idées de petit déjeuner à emmener au bureau, en dehors du muesli et du pain complet / fromage à tartiner ?
    2) je vois beaucoup d'articles en ce moment du genre "tous accros au sucre " ou "se désintoxiquer du sucre". Je mange des biscuits et/où du chocolat tous les jours mais ai l'impression de pouvoir me contrôler. À partir de quelle quantité mange t'on trop sucré ?
    Au plaisir de vous lire

    Sophie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sophie!
      Ravie de vous avoir fait découvrir le curry thaï :)

      Merci pour les idées d'articles, oui je suis toujours en quête de nouveaux sujets à traiter! Je garde les vôtres sous le coude,

      Bonne journée!

      Supprimer
  11. Quand j'ai vu le titre je me suis demandée si tu nous avais cuisiné du singe... lol
    Si je me souviens bien la pâte de curry Thaï c'est pimenté, est ce que tu confirmes?
    En tout cas ta recette fait envie :)

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour à tout le monde,
    Je cuisine beaucoup chinois,viet ,un peu thai,mais j'ai des difficultés pour trouver la marque Ayam,et ne parlons pas de l'allégé. Je râle car c'est une bonne marque.
    Je me permets de préciser que le curry VERT, est le plus fort.
    La pâte de curry Matsaman est passe partout, et rien ne vous empêche de forcer sur certaines herbes ou épices.
    Il faudra qu'un jour, je me décide à préparer différentes pâtes,mais le problème, c'est qu'il en faut une certaine quantité pour obtenir quelque chose de correct.
    En tout cas, mes papilles ont passé un moment agréable avec cette recette.
    Merci Lise et bien amicalement. Chris 06

    RépondreSupprimer