Le mystère de la Morpho-Nutrition





Lors de ma promenade quotidienne sur le web, je suis tombée l’autre jour sur cette annonce alléchante : maigrissez en fonction de votre morphotype grâce à la morpho-nutrition. Je m’apprêtais à le survoler rapidement, pensant à un énième article tape à l’œil et peu développé, mais me suis vite rendu compte qu’il s’agissait d’un régime (dérivé de la chrono-nutrition) proposé par le Docteur Delabos. 
Docteur donc.

J’ai toujours cru, peut-être naïvement, ce que l’on m’avait expliqué en école de diététique à savoir : que nous avions tous une morphologie propre, liée à nos gènes et à notre sexe et au stade de la vie. Les hommes seraient plus généralement androïdes (surpoids localisé sur le haut du corps : l’abdomen, le ventre) et les femmes plus souvent gynoïdes (surpoids localisé sur le bas du corps : hanches, fesses, cuisse, culottes de cheval). 
A la ménopause, cette répartition ayant tendance à changer chez la femme, qui secrète des hormones mâles et qui se met à stocker davantage en haut du corps.

Ma théorie a toujours été que si nous devions prendre du poids, les cellules graisseuses auraient tendance à s’accumuler en fonction de notre morphologie et non de notre alimentation. 

Les cellules graisseuses étant toutes physiologiquement identiques, et non spécifique à une partie du corps. Par exemple, les graisses localisées sur les cuisses ne sont (à priori) pas plus friandes des calories issues du sucre que celle du ventre ne le sont des calories venant du gras.

 Mais le Docteur Delabos me fait douter (il est docteur, je vous ai dit ?).

Bon, creusons un peu.

L’article en question disait :

« Pour le docteur Delabos, la morpho-nutrition est "l’art et la manière de maîtriser sa silhouette en respectant les règles de la chrono-nutrition." Ce régime a pour vocation de rééquilibrer la silhouette en la corrigeant zone par zone.

Le docteur Delabos part de ces constats :

- trop de légumes donnent trop de hanches et de cuisses
- trop de sucre donne trop de seins et de fesses
- trop de féculents donnent trop de ventre
- trop de viande donne beaucoup de poitrine
- trop de gâteaux alliant farine, sucre  et gras donne du ventre et des seins
- les desserts associant sucres et gras entraîneront trop de seins, trop de ventre et trop de hanches
- ne pas manger de viande donnera une silhouette décharnée »

Allons bon.

A ce stade, on peut tout bonnement se sculpter le corps d’Elle Macpherson en peaufinant son assiette alors ? 
Concrètement, je diminue les légumes ( ?!) pour perdre des hanches et des cuisses, je force sur la viande (tant pis pour le cancer) pour prendre un ou deux bonnets et puis si j’aime la tendance Beyonce je m’autorise du sucre.

Ok, mais bon, scientifiquement ça se passe comment ?

Je me replonge dans mes cours de biochimie, rubrique « lipogénèse » (fabrication des cellules graisseuses) et « lipolyse » (dégradation des cellules graisseuses).
Pour résumer, notre alimentation regroupe 3 nutriments qui nous apportent les calories dont notre corps a besoin : les glucides, les lipides et les protéines.
Tous les trois sont susceptibles d’être stockés (en passant par plus ou moins d’étapes) sous forme de graisse, si tant est qu’ils ne sont pas utilisés par les besoins immédiats de notre organisme.
Comme je le pensais, ces cellules graisseuses constituent le tissu adipeux, dont la localisation dépend de l’héritage génétique, et il n’est malheureusement pas possible d’affecter sa localisation lors d’un amaigrissement.

On continue ?

« A partir de cela, le docteur Delabos définit 11 morphotypes : Galilée (morphotype parfait), Chéops (buste fin et hanches larges), Maya (un buste normal, des hanches et cuisses larges), Rubens (volumes situés sur le bas du corps), Schwarzy (torse très développé, corps sec, sans graisse), Athlétique (silhouette équilibrée mais plus massive que Galilée), Don Camillo (plus chez les hommes , le tronc est massif tandis que les jambes sont fines), Sablier (soit la silhouette pulpeuse), Monastique (tout le volume se situe au niveau du ventre), Tronc d’arbre (silhouette la plus massive), Ascétique (corps très maigre). 
Il suffit donc de rééquilibrer son alimentation en fonction de ses réels besoins pour retrouver une silhouette parfaite. A savoir la "Galilée", considérée comme parfaite pour l’auteur.»

Je ne sais pas vous, mais moi cette dernière phrase me laisse un goût amer et fait très désagréablement écho à une certaine quête historique d’un physique « supérieur » … bref, j’exagère probablement mais quand même, quid de la diversité des corps et des genres ?

Passons sur ce point.

Comment atteindre le graal aka cette silhouette « Galilée » alors ? Ni une ni deux, je me glisse dans la peau d’une journaliste d’investigation et passe le test. Comme cette histoire d’excès de végétaux m’intrigue au plus haut point, je coche que j’ai une silhouette Chéops (comment ça c’est exactement mon cas ?).

Voilà mon retour bilan :  

« Votre alimentation est probablement trop riche en végétaux. Conséquence directe : vous faites de la rétention d'eau car votre organisme est trop chargé  en sels minéraux que l'on retrouve dans la plupart des légumes. Cette eau en excès est emprisonnée entre les cellules graisseuses. Elle est responsable de la formation de la cellulite. »

Je n’ai donc aucune question sur mon alimentation, et ce verdict sans appel, avec tout ce qu’il implique. J’ai beau être tolérante, je m’insurge en pensant à tous ces clients au régime, qui vont sauter sur l’occasion pour en déduire que les légumes font grossir et réduire, voire supprimer les légumes (je vous épargne le cours de diététique sur l’intérêt des végétaux dans l’alimentation, et dans le maintien d’un poids stable).

Les végétaux seraient donc incriminés dans la rétention d’eau localisée sur les hanches/cuisses/fesses, à cause de leur teneur en sels minéraux donc.

Petit rappel sur la cellulite : elle touche une femme sur neuf, majoritairement les femmes caucasiennes et serait directement liée aux variations hormonales.
L’alimentation peut l’influencer légèrement : notamment les excès de sel, de sucre, de graisses et le manque de fibres.  

Les sels minéraux ne seraient pas à mettre en cause donc, à part le sodium (le sel !). Les végétaux ayant la particularité d’être pour la plupart, pauvres en sodium et riches en fibres, seraient donc en fait des alliés ?

Puis viens la solution du docteur, je cite à nouveau : « Nous allons progressivement réduire la part de végétaux de votre alimentation et la remplacer par des aliments plus riches en protéines. Vos menus seront donc plus gourmands pour lutter contre les fringales. »


Moi je lance un appel désespéré au Docteur Delabos : aidez-moi, éclairez ma pauvre lanterne, expliquez-moi par quels processus miraculeux vous transformez les Chéops ou les Monastiques en Galilée, comment vous parvenez à chasser la cellulite à coup de viande et comment vous allez m’aider à prendre de la poitrine avec du sucre ! (ceci est un appel très sérieux)

8 commentaires

  1. Je suis végétarienne depuis 3 ans, et j'ai jamais mangé de viande plus d'une fois par semaine. Pourtant je suis tout sauf rachitique (une bonne silhouette sablier). Mon cas ne suffit bien sur par a contredir la théorie de ce cher médecin, mais merci le cliché quoi. Et logiquement, puisqu'on bouffe plein de légumes et féculents on devrait pas avoir des cuisses énormes et un ventre bien rond ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que qu'on est une bonne armée de cas à pouvoir contredire la théorie du cher médecin ;)

      Bonne journée

      Supprimer
  2. Et bien ! Il va faire des heureux, diminuer les légumes !
    Je crois que je vais arrêter de manger, ce sera plus simple !
    En tout cas, je suis ravie d'avoir de tes nouvelles à travers cet article.
    Bonne journée et bon week end.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Carole, j'avais déjà eu droit, en consultation à "j'ai arrêté les carottes : il parait que c'est très sucré" ... (quand l'enquête alimentaire de la personne révélait une fâcheuse tendance au grignotage gras/sucré) :)
      On retient ce qu'on a envie de retenir dans ces cas là, forcément!
      Et oui, j'ai eu pas mal de travail ces derniers jours (et pas de sujet à me mettre sous la dent, d'où la petite trêve ;) )
      Bisous et bonne journée!

      Supprimer
  3. 1 an de chrononutrition, - 14kg ; -15 cm de tour de taille , - 10 cm de tour de hanche ; - 8 cm de tour de poitrine. Je mange de tout, et je mange encore des légumes, au moins une fois par jour ;-) Je n'ai plus faim entre les repas, fini les grignotages. Et je ne me sens jamais frustrée. C'est la première fois que je respecte "le régime" que je suis, j'en ai essayé plein, établie avec mon médecin ou testé toute seule, je tenais jamais...
    Je reprends le sport petit à petit après des années de surpoids où le moindre effort m'essoufflait et me faisait frôler la crise cardiaque.
    Personnellement, cette méthode a changé ma vie. Je me sens de nouveau bien dans mon corps. Mes analyses de sang et autres sont toujours excellentes, je ne manque de rien.
    Et souffrant d'une maladie articulaire à 22 ans, il était vraiment temps que je fasse quelque chose pour mon poids...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour j'ai fait la méthode chrono-nutrition pendant 1 an au début - 4 kgs, très vitre repris +8 !!! dès que j'ai arrêté cette méthode soit disant miraculeuse.
      Aujourd'hui je suis suivie par un acupuncteur nutritionniste qui me fait prendre conscience qu'on peut manger de tout en petite quantité, faire du sport et perdre du poids : résultat de mars à septembre -8kgs sans effort ni restriction aucune, depuis septembre ai repris 3 kgs car je regrignote et fais moins de sport mais je sais au final avec le printemps que je vais reperdre et atteindre à terme mon objectif 67 kgs pour 1m 58 (59 ans ménopausée donc +15 kgs depuis la ménopause). Les régimes accumulés font qu'on prend beaucoup plus de poids après, l'acupuncture méthode douce me permet de controler surtout mon cerveau qui est responsable avant tout de la prise de poids tout ça joue du côté du subconscient. Manger trop et donc grossir c'est une drogue au même titre que l'alcool ou les stupéfiants il faut se faire aider "le mental" pour s'en sortir.
      Brigitte

      Supprimer
  4. Bonjour
    Intéressant...
    Je ne suis pas non plus convaincue par les théorie de ce docteur Delabos.
    Néanmoins, si vous ne connaissez pas déjà, je vous invite à découvrir les travaux du docteur Elliot Abravanel (Body Type Diet), qui s'appuie sur des morphotypes basés sur la physiologie hormonale (hypophysaire, thyroïdienne, gonadique et surrenalienne)
    Un travail que je trouve très intéressant ou il n'est nullement question de changer de morphotype (un morphotype c'est pour la vie, avec quelques variantes à la ménopause) mais plutôt de le réguler...

    RépondreSupprimer